Le dernier voyage

Tout a commencé par la découverte d'un vieux wagon rouillé. Il était seul sur sa voie désaffectée.
Terminus, fin du voyage.
J'ai tourné autour et me suis mis à imaginer sa vie de wagon.
Il a du parcourir des milliers de kilomètres, traverser des centaines de villes et gares. Des langues étrangères ont du lui parler. Il a du subir peut-être les pires conditions météorologiques.
Fatigué, usé, il ne roulera plus. Il aurait tant de choses à dire et à raconter.
La mémoire de l'acier et du bois.
Ces images sont là pour lui rendre hommage et pour transmettre sa mémoire de voyageur.
Marianne Guétat-Klaus, poète et amoureuse des mots, qui m'avait déjà fait l'honneur de participer à mon projet "Le son gris de la goutte de pluie" a écrit un très beau poème pour cette série.